Road Trip en Roumanie en van

Après l’été dernier au Royaume-Uni, nous avons besoin de soleil cette année ! Il suffit d’écouter les copains roumains parler de leur pays natal pour nous donner envie d’aller voir. Et il a suffi de voir l’air étonné de nos entourages pour nous en persuader, ce n’est pas une destination commune de vacances et nous on fuit les touristes !

Certes c’est un peu loin, mais maintenant les enfants ont grandi et ils ont l’habitude des longues routes. Et puis nous sommes plus légers en Scudo qu’en caravane auparavant … Le scudo a eu quelques améliorations aussi (auvent, fixation de la table à l’extérieur, douche extérieure, …). Aller en route !

    Trajet aller

    Après un week-end bien arrosé pour le mariage de nos amis, nous prenons la route tant bien que mal le dimanche 6 Août vers 16h.

    Une nuit en Allemagne, un déjeuner en Autriche, une visite de Budapest en passant en camping-car (maman au volant en panique), une seconde nuit en Hongrie. On prend une amende de 54€ par des Hongrois pas commodes parce qu’on n’a pas acheté leur vignette d’autoroute en entrant dans le pays (pas évident d’être informé pourtant car il n’y a pas de borne d’autoroute, il faut passer l’acheter en station-service …)

    Emma nous demande à chaque arrêt si on est en Roumanie, Théo lui demande à chaque réveil dans quel pays on est !

    Mardi 08/08/17 : Baia Mare

    Enfin, nous entrons en Roumanie le mardi vers 15h. Quelle expédition !

    Nous passons une première après-midi dans la région de Baia Mare. C’est une ville industrielle peu accueillante mais nous nous dirigeons vers les « Blue Lake » (lacs bleus du fait de la présence de cuivre) pour une baignade. Pas de chance, le lac est plutôt vert ce jour-là, comme bien souvent selon les locaux. Les adolescents du coin s’amusent à sauter de la petite falaise ou à se balancer en corde genre Tarzan, ils n’ont pas peur ! De notre côté, nous ne sommes pas aussi courageux, mais c’est Emma du haut de ses 5 ans qui nous y entraine (bien obligés de la suivre !). Nous ne restons pas bien longtemps.

    Premières courses à Lidl, et les prix sont si bas que j’ai bien cru que c’était en Euros, mais non c’était bien en Lei donc divisés par 4,5 !

    On se pose sur un camping près du lac pour se requinquer un peu et prendre une bonne douche (on ne sent pas très bon au sortir de la baignade au lac !). C’est un bon arrêt dans la forêt, on dormira une bonne dizaine d’heure cette nuit-là !

    Plusieurs incidents sur le Scudo : le bouton de la clim a laché, la portière arrière ferme mal, … Mais plein de magasins de bricolage aux alentours, on achète ce qu’il faut (les rondelles pour la portière nous coûtent 0,6 Lei !) et Mathieu s’attellera à la tache ce soir.

    Mercredi 09/08/17 : Maramures

    Journée consacrée à la visite des églises en bois debout de la région de Maramures, tout en prenant le chemain de la vallée des carpates nord (Viseu de Sus).

    1 église, 2 églises, elles sont belles mais se ressemblent toutes ! Et puis il y en a beaucoup, partout, parfois à 100 mètres l’une de l’autre, …

    Finalement, on trouve un restaurant / club au milieu de nulle part, l’après-midi à la piscine c’est cool aussi ! Très bon repas local : polenta et micci (sorte de saucises), sieste pour les parents, baignades pour les enfants.

    Nous poursuivons ensuite notre route vers Viseu de Sus où il y a le train vapeur que nous avons réservé pour le lendemain. Nuitée au camping sur place et nous profitons pour faire de belles photos des locomotives sans touristes.

     

    Jeudi 10/08/17 : Viseu de Sus / train vapeur puis route vers la Bucovine

    Petit déjeuner compliqué avec les guêpes. Départ du train à 10h20 (on est dans le dernier).

    Paysages magnifiques (montagne verdoyante, rivière ruisselante tout le long) et quelques scènes de vie dans la campagne au loin très authentiques.

    Barbecue au milieu de la montagnes (mais avec tous les autres passagers des 4 trains …). Le repas est bon (micci et côtes de porc) mais pas le dessert (fritures).

    Petite trempette dans la rivière (très froide mais les enfants n’ont pas les mêmes terminaisons nerveuses que nous !).

    Puis retour sans arrêt, les enfants dorment tout le long sur nos genous …

    Une bonne douche (chaude !), on recharge en eau, et on prend la route direction la Bucovine. Pour 80 km, le GPS nous indique 4h30, inquiétant non ? En effet, la route en mauvai état est en cours de travaux et les passages alternés sont fréquents. La Roumanie est en plain développement : on passe par des stations de ski en construction. Au final on mettra bien 4h30, on ne trouve pas de bivouac pour la nuit (sauf au milieu de la forêt mais Théo met son véto car il a peur de tomber sur un ours), donc on va jusqu’au monastère et on dort sur place.

    Arrivée 21h30. Repas rapide et on découpe notre pastèque de 5kg achetée sur le bord de la route. Le problème est qu’on ne peut pas en stocker beaucoup, donc on en mange beaucoup et la nuit sera très perturbée par les allers-retours aux pipis !

    Vendredi 11/08/17 : les monastères de la Bucovine

    Visite des monastères de Moldovita et Sucevita, les endroits sont très calmes, les peintures sont très belles. Les enfants sont sages et apprécient.

    Mais 2 monastères nous suffisent, ils se ressemblent beaucoup …

      

    Direction le Mont Celhau et le lac Bicaz. Très beaux paysages de lacs et montagnes.

    On recherche un bivouac sympa en montant dans les petites routes montagneuses mais tous les endroits sympas sont plein d’ordures ! On fait même du 4×4 en Scudo sur une route fermée du Mont Celhau mais sans succès, et surtout on ne s’y sent pas très en sécurité (des gens bizarres sortent de nulle part). Au final, on redescend de la montagne et on se pose sur une aire de pic nique au bord de la route. Spaghetti bolo, 2 parties de cartes et dodo.

    Journée pas trop chargée mais on était tous fatigués et demain une longue route nous attend pour atteindre le delta du Danube.

    Samedi 12/08/17 : du nord au sud

    Une grosse journée de route (6h20 annoncé par le GPS) direction Tulcea. Les routes pleines de trous et de charrettes ! Nous achetons des melons et tomates sur le bord de la route et nous arrêtons manger en pleine forêt. On y teste même la douche du Scudo, c’est magique !

     

    Après-midi route et lecture pour les enfants.

    Nous passons par un ferry sur le Danube. Puis on décide de dépasser Tulcea et ses tours opérateurs pour aller jusqu’au bout de la route à Murighiol et ses petits campings qui proposent des tours sur le delta. Nous sommes accueillis très chaleureusement au camping Fisherman, et faisons la belle rencontre d’une autre famille française à vélo (nous ne sommes pas si fous finalement !).

    Dimanche 13/08/17 : le delta du Danube puis côte de la mer noire

    Lever 5h du mat’ pour le tour sur le Danube entre 6h et 10h. Mais quelle récompense : lever du soleil sur le delta, aucun autre bateau de touristes et les oiseaux encore présents. C’est magnifique à couper le souffle, quelle émotion d’observer la nature sauvage !

    Seul bémol, nous sommes accompagnés sur la barque de trois autres français d’une trentaine d’années et en tout bon français égoïstes, ils s’installent au milieu de la barque coupant notre famille en deux … nous ne prendrons plus que des tours sans autres touristes dans nos prochains voyages.

    Sur le chemin du retour, nous voyons les bateaux qui arrivent seulement de Tulcea et les pauvres touristes sous le soleil chaud de 10h … vraiment c’était une bonne idée de venir jusque Murighiol.

    Au retour et après la bonne douche, direction la côte de la mer noire avec l’idée de passer un après-midi à la plage. Mais là on va de déconvenue en déconvenue : Mamaia l’usine, Constanta délabrée, Eforie non accessible, sans compter les usines pétrochimiques à quelques centaines de mètres des plages. Un peu de ras-le-bol et de fatigue, mais en tout bon voyageur, on sait qu’on finira par retrouver les bonnes choses alors on persiste. On s’arrête faire des courses où on achète nos miccis en prévision de se faire un barbecue le soir. Et finalement on trouve un super arrêt en bord de mer près de Vama Veche, surplombant une plage peu fréquentée car l’accès est bien caché !

       

    Super soirée : barbecue, vin, musique, cartes, … Mais nuit difficile avec beaucoup de vent, on referme le toit et les enfants descendent dormir avec nous : 1m20 de large pour 4 …

    Lundi 14/08/17 : traversée sud jusque Bucarest

    Nous n’avons pas réussi à se lever en même temps que le soleil sur la mer noire, mais avons tout de même profiter d’une bonne heure de plage matinale très agréable (pas trop chaud et personne !).

    Puis départ vers la Transylvannie, le programme plus précis se fera en route. Direction Bucarest donc, mais par les petites routes toujours ! La pause du midi au bord du Danube dans un coin sauvage est un moment très amusant : on essaie de sortir l’auvent mais trop de vent, on essaie de pêcher mais pas de poisson, et Mathieu se fait attaquer par un oiseau après s’être trop approché du nid ! En route, on frôle la Bulgarie et hop on retraverse le Danube en ferry.

    A l’arrivée à Bucarest, on est surpris de pouvoir poser le camping-car sur l’avenue qui donne au palais ! On passe une bonne soirée : visite de la vieille ville, je me laisse tenter par une robe à 15 Euros, et restaurant (un peu cher pour le coup mais on est à la capitale et on s’est un peu lâché). Nous poussons la nuit en face du palais voyant que nous n’étions pas seuls à camper là.

    Mardi 15/08/17 : un petit tour à Bucarest et puis s’en va dans les Carpates

    Réveil difficile : il fait très chaud et nous n’avons pas notre tranquillité habituelle pour le pipi du matin et la douche … Décidément, le camping-car n’est pas un moyen adapté pour visiter les villes, mais nous ne voulions quand même pas manquer la capitale.

    Allez petit déjeuner au Starbuck pour un peu de réconfort. Puis nous consacrons la matinée à la visite du palais. La visite est obligatoirement avec un guide et dure 1 heure et demie ; le palais est grand et austère, peu d’histoire racontée. Bref, c’est long et on s’ennuie (et en plus on ne sent pas bon) !

    Enfin libérés vers 13h, on reprend la route directement, déje     uner en route, direction Brosov. On arrive vers 15h15 au château de Peles à Sinaia. Chance, on arrive tout juste pour la dernière visite. A l’inverse du palais vu ce matin, c’est un très joli château, pas très grand, mais enchanteur comme un « château de fées » (dixit Emma). Nous prenons plaisir à le visiter pendant une petite heure puis à déambuler dans le parc une demi-heure suppolémentaire.

     

    Puis nous reprenons la route pour rejoindre le point d’étape du lendemain au milieu des carpates. Nous avons besoin de nature après la nuit précédente en ville. Nous trouvons un spot magnifique en pleine montagne au milieu des vaches et des moutons ! Partie de foot dans la prairie, douche (chaude au début mais la durite pète, donc douche froide et fou rire !), apéro, spaghettis, jeux de cartes … On danse, on chante, on regarde les étoiles, on est juste bien là tous les quatre, moment magique au milieu de nulle part, le bonheur à l’état pur ! C’est le plus beau bivouac que l’on n’ait jamais eu et il prend donc tout naturellement la place de photo principale sur le blog.

    Mercredi 16/08/17 : activités en Transylvanie

    Réveillés par les cloches des vaches, et les chevaux qui broute autour du Scudo, on peut arriver tôt au sanctuaire des ours à environ 2 km de piste de notre bivouac.

    C’est la première visite du parc et les ours se font voir car ils attendent leur repas. Le guide est très intéressant, il nous explique la vie sauvage des ours et nous raconte la vie malheureuse et en captivité des ours qui ont été recueillis dans ce Sanctuaire. Mais aussi l’histoire de Teddy Bear ! Les enfants écoutent bien mais je ne sais pas ce qu’ils comprennent car c’est tout en anglais. Théo fait sa synthèse des derniers jours sur le chemin retour : il me dit que s’il avait beaucoup d’argent, il ne se construirait pas un palais trop grand (comme à Bucarest) mais préfère garder une maison « normale » et donner à des actions de sauvegarde comme celle-ci. Des mots d’enfants plein de sens !

    Puis nous trouvons une brochure du « Wolf Adventure Park » (accrobranche) et décidons d’y aller. On fait un parcours tous les quatre, soi-disant facile, mais les normes ne sont pas les mêmes ici qu’en France, les enfants n’auraient jamais eu l’opportunité de faire un parcours aussi grand chez nous. Emma nous impressionne : elle a eu un peu peur à la première tyrolienne mais s’est ensuite très bien amusée et prise au jeu. Et puis quand elle voit ses parents si fiers d’elle, elle est capable de tout !

    Enfin, on va visiter la cité de Rasnov conseillée par le Lonely, mais pas très intéressante finalement car mal entretenue.

    Nous reprenons la route vers Bran où l’on s’arrête au camping assez tôt pour un moment de repos, une lessive de mi-parcours, des jeux enfants, …

    Jeudi 17/08/17 : château de Bran et villages de Transylvanie

    Lever tôt pour arriver au château de Bran avant la cohue touristique. Après 1,2 km de marche et 45 minutes de queue, on entre dans le château le plus touristique de Roumanie, du fait de sa ressemblance avec celui décrit dans le roman de Dracula. Mais quelle supercherie : le conte Vlad Tepes n’y a jamais mis les pieds ! Le château est très beau d’extérieur mais rien d’intéressant à l’intérieur. En sortant, on voit la file d’attente qui a triplé et on passe par les boutiques de souvenirs remplis d’objet sur Dracula, c’est un peu le Dysneyland roumain ! Retour au camping, douche, rangement et on reprend la route.

    On passe par Brasov mais on ne s’y arrête pas (les enfants dorment et nous n’avons pas envie d’autre visite pour l’instant). Après quelques courses, on prend la direction de Sighisoara. Un peu plus tard, on s’arrête dans le village très typique de Viscri pour voir la basilique. Le village nous plait : beaucoup de maisons colorées, une vie authentique, et peu de touristes (du fait de l’accès difficile sans doute).

     

    Nous repartons pour trouver un bivouac dans la campagne environnante. Après être passés dans un autre village très vivant à cette heure-ci, et 5 km de pistes, on s’arrête dans une clairière encore une fois au milieu de nulle part. L’endroit est magnifique et très calme, un peu trop même, j’avoue que j’ai un peu peur cette fois-ci car nous sommes entourés de forêts donc d’ours … Et la brume du soir qui se lève fait penser à un paysage de film d’horreur, Théo s’amuse à me faire peur ! On voit les étoiles comme nulle part ailleurs ! La nuit sera paisible.

    Vendredi 18/08/17 : villages saxons et Sibiu

    Lever tranquille et on reprend la route.

    Visite de Sighisoara, jolie ville aux ruelles pavées et une jolie vue sur la vallée, mais peu d’histoire et beaucoup de boutiques de souvenir. D’ailleurs c’est là que l’on trouve les bilboquets. En partant, on recroise le gang des 5 campings cars Espagnols rencontrés à Viseu de Sus !

     

    On reprend la route direction Sibiu, en passant par les villages saxons. Ils sont moins jolis et moins authentiques que les deux villages visités la veille mais leurs églises sont très belles. Le déjeuner se fait en bordure de route, coin d’ombre sous un chêne parfait pour une sieste (il ne manque plus que les chaises longues).

    Arrivée à Sibiu vers 17h, nous nous baladons dans le centre historique (et encore une robe mais cette fois-ci avec le sac à main assorti). Nous tombons le jour d’arrivée de la course sur la Transfagarasan (route célèbre tortueuse dans les Carpates). La ville est très animée, même un concert de jazz devant l’église, c’est une belle soirée.

    Puis nous reprenons le Scudo pour ne pas dormir en ville. Direction la fameuse Transfagarasan mais n’avons pas l’ambition de la faire de nuit et nous arrêtons avant (merci Park4Night).

    Samedi 19/08/17 : de la Transfagarasan à la frontière Serbe

    Au réveil, on voit que notre spot est super ! Petite douche (froide donc rapide) entre deux passages de charrettes avec des paysans dessus, et petit déjeuner.

    Direction la Treansfagarasan, route de montagne qui monte jusque 2000 mètres d’altitude … Le Scudo sur les traces de Top Gear. Pas de consoles ni de lecture au risque de se sentir mal, donc rien d’autre à faire que d’observer les magnifiques paysages. L’ambiance est bonne et nous nous amusons des virages successifs. Mais l’arrivée au sommet est un peu trop touristique, il y a des voitures garées de tous les côtés. On passe notre chemin, direction Curta de Arges.

    Arrêt repas et sieste au bord de la rivière, les enfants s’y baignent alors que l’eau est si froide ! (ils ne pourront plus se plaindre le douche froide après ça). Dérangés par les Rom alcoolisés et bruyants, nous levons le camp.

    Visite de la citadelle de Poienarie, le vrai château de Dracula, qui est plus un tas de pierre en haut d’une colline qu’un château …  On retiendra surtout les 1480 marches et notre puce qui les monte sans broncher est la plus jeune en haut ! A la descente, on trouve la Palinca (eau de vie) que nous ramènerons à nos amis et familles.

    Nous repartons, direction Orsova. Nous nous arrêtons à Lidl pour acheter quelques bidons de 5L d’eau (1,8 Lei), nous avons trouvé ce nouveau moyen pour se recharger en eau car les campings roumains n’acceptent pas. Nous trouvons un spot facilement pour passer la nuit un peu en retrait de la route, au-dessus d’une ferme de berger.

    Dimanche 20/08/17 : volés par les Roms, il est temps de partir

    Pris au réveil par les Roms qui, après nous avoir éloignés de l’entrée du camping-car, nous dérobe les 400 Lei retirés la veille (alors que les enfants dorment encore à l’intérieur). On se sent très bêtes mais heureusement ils n’ont rien pris d’autre.

    Douche à l’eau minérale et direction Orsova pour notre dernière étape dans le parc national des portes de fer. La route qui y longe le Danube est très jolie, mais pas vraiment besoin de s’arrêter.

    Nous traçons la route en Serbie sans s’arrêter dans l’idée d’arriver en Croatie (donc en Europe) pour le bivouac du soir. Arrivés à 18h à 4 km de la frontière serbo-croate, nous sommes arrêtés par un gigantesque bouchon créé par le passage de douane. Nous n’y avions pas pensés, mais cette porte d’entrée en Union européenne est très encombrée. Nous mettrons plus de 6 heures à passer la frontière (et encore nous avons fini par craquer et prendre la voie des camions comme les connaisseurs pour se rabattre au bout).

    C’était une journée pas très agréable comme ça peut parfois arriver dans ce type de voyage, c’est pas grave, on fera mieux demain.

    Fin de parcours en Italie

    Le lundi est une nouvelle journée de route pour rejoindre l’Italie où nous programmons de prendre un peu de repos au bord des lacs du Nord dans un beau camping.

    Nous passons par la Solvénie qui nous donne un très bel à priori. Cela ressemble à un pays du Nord (paysages, propreté, …) avec un climat du Sud. A retenir, nous y reviendrons !

    Nous arrivons vers 16h à Lazise, au bord du Lac de Garde. Un très bel endroit (malgré le tourisme). Après être refoulés d’un premier camping, nous en trouvons un autre avec piscine et toboggans (critères des enfants) et au bord du lac. C’est cher mais tanpis on n’y restera que 2 ou 3 jours. Les enfants vont faire de la tyrolienne (miniature cette fois-ci), des jeux enfants, et Emma se prète même à la mini disco en Allemand (un grand moment) !

    Après 2 jours de détente, Théo nous dit qu’il s’ennuie, et demande ce qu’on peut visiter … C’est donc que nos vacances de routards lui vont pas mal ! Nous rentrons donc jusqu’en Creuse pour y rester en famille les 2 jours restants de nos vacances.

    Conclusion

    3 Replies to “Road Trip en Roumanie en van”

    1. bonjour, depuis le temps que je cherchais un blog qui me ressemble,merci! enfin une famille un peu folle(comme nous), avide de découvertes!
      Nous sommes un couple 30 ans avec 5 enfants et cet été ce sera la roumanie! si nous pouvions echanger sur quelques points par mail ce serai cool!.

    2. bonjour. Ravis de votre commentaire ! oser ces rêves, lever les carcans, s’amuser, jouer avec les enfants, rire, découvrir le monde, être optimiste … effectivement on paraît souvent un peu fou, mais c’est ça la vie pour nous … pas notre quotidien métro boulot dodo. La Roumanie nous a beaucoup plu, pour ces beaux paysages et pour les bons moments qu’elle nous a offert. Les gens sont adorables (à part les quelques Roms vers la fin du parcours mais que les Roumains n’apprécient pas non plus). Nous serons ravis d’échanger avec vous (on vous contacte par mail). Cordialement. Mat Milie & Co

    3. Bonjour, je me permet un commentaire, même tardif. Nous serons également en Roumanie cet été en famille et en van pour 4 semaines. Ça peut toujours être utile d’avoir un contact

    Laisser un commentaire