Qui sommes-nous ? et comment avons-nous attrapé le virus du voyage « routard » ?

2006, nos premières vacances « roots » : à deux et demi (j’étais enceinte de 4 mois), la Toscane choisie au hasard de la route, dans une vieille Renault Mégane, une tente dans le coffre, le guide Lonely acheté en cours de route, et tout juste 500€ sur le compte pour 10 jours … inoubliable ! Mat m’a transmis le virus !

2007, naissance de notre fils, Théo, nous n’osons pas partir avec bébé.

2008, notre mariage, voyage de noces à deux : en Asie (Vietnam, Laos, Thaïlande), destination inconnue pour moi, totalement préparé par Mat, mode sac à dos avec hébergement réservé, génial ! Et en plus le virus est mutant : le champ des possibles s’ouvre encore un peu plus ! A refaire avec les enfants plus grands …

2009, nous ne partons pas pour construire notre maison …

2010, un premier voyage en famille (à trois à ce moment-là) : au festival d’Avignon, jolie maison d’hôte, ce voyage n’est pas routard en lui-même car nous n’osions pas « trainer » notre petit ; et finalement on se retrouve à faire des visites de musées et de grottes, des pièces de théâtre, … la soif d’apprendre est bien là, et nous nous apercevons que Théo a aussi été contaminé, il adore !

2011, première grande aventure en famille (encore à trois) : nous achetons une vieille caravane et partons pour la Scandinavie.

2012, naissance de notre fille, Emma, en juin, nous n’osons pas partir avec bébé …

En 2013, nous perdons Maïka (ma grand-mère), un choc qui nous montre que nous devons profiter de la vie et de notre famille. Depuis, nous avons voyagé en famille (à quatre) pour chaque vacance.

2013, Espagne & Portugal, tous les quatre dans notre petite caravane, Emma 1 an dans un mini lit-parapluie. Tous contaminés !

2014, nous vendons la caravane et partons aux Antilles. Petites locations chez les particuliers, voiture sur place et plein de visites. Essai transformé !

2015, le tour de la Grèce en mode confort (âge difficile d’Emma) mais toujours les visites.

2016, nous achetons notre van et partons pour le Royaume-Uni. Pourquoi ? L’envie de voir l’Ecosse m’est venue le jour de l’accouchement d’Emma et est restée depuis !

C’est aussi en 2016 que nous comprenons que notre Théo est différent des autres, pas seulement parce qu’il est contaminé par le virus du voyage, mais aussi car il est EIP. Beaucoup de choses s’expliquent alors de cette soif de découvertes que l’on a tous. Le virus du voyage avait bien un terrain propice …

Aujourd’hui, nous sommes une famille de zèbres, conscients de notre différence que nous domptons et gérons au quotidien dans notre vie bien rangée (métro boulot dodo) et que nous laissons s’exprimer pleinement et librement dans nos voyages à chaque période de vacances. Le voyage est donc devenu un besoin.

 

NB : la Zébritude

« EIP » : Enfant Intellectuellement Précoce. Je n’aime pas ce terme. Utiliser cette abréviation en introduction permet de qualifier rapidement pour ceux qui connaissent ce sujet.

Je n’aime pas non plus les termes « surdoué », « quotient intellectuel » : hors de question de faire sentir une quelconque supériorité. A la maison, je parle plutôt de différences dans notre façon d’appréhender le monde qui nous entoure, de capacité à raisonner à vitesse grand V,  de soif de découverte, de bouillonnement intérieur.

Si ce blog n’a pas pour vocation d’en parler en tant que tel, le sujet revient parfois, notamment lorsque les enfants sont surprenants. Alors je parlerai surtout de nos petits zèbres en référence au très bon site sur le sujet (les tribulations d’un petit zèbre) et je l’appellerai la « zébritude ».